lundi 5 août 2013

La Republicca Carlostangana

Republicca Carlostangana :


  • Organisation politique :


La République Carlostanganaise est le fruit de l’Alliance de 2 villes puissantes :
Carlosta et Stangana.
Toutes les 2 ont fait céssession de l’empire massilien lorsque celui-ci a commencé à perdre de son importance et que la guerre due à la déclaration d'indépendance du royaume de Carthavoc (Province de Carthavia).
Après quelques déboires militaires contre des forces impériales, toujours très puissantes en dépis de l’état d’instabilité de l’empire en plein morcellement, ces 2 villes très riches ont décidé de joindre leurs forces, de former un nouvel état et d'annexer tous les territoires non-elfiques de l’empire situés au nord de l’île sulfureuse.
Lors de cette annexion, la ville de Montagna Ventosa (la Luminescente) [07-04] apporta dans le giron de la république la province occidentale et surtout son phare et son port d'escale, point vital pour le commerce carlostanganais.


La République est dotée d’un système de 4 “castes”
  1. les esclaves, rares mais dont le statut est reconnu dans la république, principalement pour le cas où des dignitaires étrangers viennent accompagnés de leurs serviteurs.
  2. Les hommes libres. La catégorie dans laquelle sont rangés tous les étrangers qui ne sont pas esclaves et les mineurs carlostanganais (la majorité est atteinte à 16 ans).
  3. Les citoyens. Pour être citoyen de la République, il faut être né sur son territoire ou avoir des parents tous 2 citoyens carlostanganais ET s’être acquitté d’une service militaire de 3 ans au service de la République. Les femmes doivent aussi y participer (mais sont généralement utilisées pour des fins civiles)
  4. Les Patriciens. Noblesse de Sang, d’épée ou de deniers, généralement des 3 à la fois, ces grandes familles sont les véritables dirigeants de la République. Les Patriciens sont rares, très rares, mais généralement, toute la famille du patricien participe à la croissance de la puissance de la famille.


Il est à noter que la République ne différencie pas entre les hommes et les femmes et qu’il est tout à fait possible de voir des patriciennes, toutes aussi puissantes et vicieuses que leurs collègues masculins.


La république est dirigée par 2 organes :
- Le Sénat, où siègent tous les patriciens et leurs suppléants. Les suppléants ont droit de vote et, en règle générale, le suppléant est la personne qui deviendra sénateur ou sénatrice à la mort du patricien (au total 44, pour le moment, 2 par famille patricienne). Par conséquent ils votent comme leur patricien(ne) lors des votes publics. Lors des votes secrets (plus rares) ils votent généralement comme leur patricien(ne), mais pas toujours.
Le sénat est itinérant et siège à chaque équinoxe et au solstice d’hiver, à chaque fois dans une ville différente parmi les 3 villes principales. La longueur des sessions n’est pas fixe, mais limitée à un mois lunaire.
Le Sénat carlostanganais a la responsabilité d’accepter et d’amender les lois votées au parlement. Il peut proposer des lois au parlement dans le cas d’une proposition de loi acceptée à une majorité au ¾ en session plénière.
- Le parlement : Il est composé à 50% d’envoyés des familles patriciennes et à 50 % d’élus parmi les citoyens des 3 villes principales.


  • Religion :


Lors de la sécession d’avec l’empire massilien, la république a décidé de chasser les anciens dieux massiliens, ou pour être précis, de les remplacer par leurs dieux propres, renommant certains Dieux, demi-dieux et héros mythologiques, fusionnant certains autres.
Les dieux correspondent plus ou moins au panthéon romain de notre réalité (comme vus au travers d’un miroir déformant D&Desque).
L’empire Massilien vénère un panthéon récent, naissant et encore faible, mais qui gagne en puissance avec chaque nouvelle génération, les croyants du dodékathéon n’y étant pas plus attaché que cela, puisqu’il leur avait été imposé lors de la conquête impériale.
Mais cette nouvelle religion risque de se pervertir très vite, le prêtre à sa tête n’étant pas ce qu’il prétend être (ni vraiment sain d’esprit). (pour plus d’informations, reportez vous au post sur la religion dans Emporio Decato.


  • Infrastructure :


La république est dotée d’une bonne infrastructure. Routes, aqueducs, égouts dans les 3 villes principales, ports, qui sont encore en très bon état. De plus, les 3 ans de conscription servent souvent à la formation d’ouvriers et ouvrières qualifiés lors de leur première année de service.
Les taxes directes et indirectes rentrent bien, malgré un ralentissement de l’économie dû à la crise endémique qui touche tout le pourtour de la Mer Massilienne.
La République espère créer de l’activité économique par la conquête de l’Île sulfureuse, raison de la création de la charte (officiellement, tout du moins).


  • Conscription :


La conscription n’est pas obligatoire (sauf à Stangana, qui est le modèle qui a été appliqué au reste de la République), mais les avantages de la citoyenneté la rendent très attractive. Rares sont les personnes ne prenant pas part au grand brassage républicain.
Elle dure 3 ans et est répartie en 3 période d’un an :
- première année : test des connaissance puis formation. Selon les capacités, envies et connaissances acquises précédemment, les recrues sont formées et orientées vers leur activité lors des 2 prochaines années.
- deuxième année : Entraînement. Selon l’orientation déterminée au cours de l’année précédente, les jeunes gens sont en entraînement militaire ou civil.
- troisième année : Aguerrissement et mise en pratique. Les guerriers sont envoyés sur les théâtres d’affrontement en temps de guerre ou stage de survie et d’aguerrissement en temps de paix. Généralement c’est une période très dure pour les guerriers. Les civils sont mis à contribution pour l’amélioration des infrastructures ou de la communauté en règle générale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire